Une campagne nationale de lutte contre l’endométriose

Le ministère du Travail, de la Santé et des Solidarités présente sa première campagne de communication sur l’endométriose. Cette campagne s’inscrit dans les engagements de la stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, lancée en 2022.

Derrière la signature « En parler plus pour mieux la détecter », la campagne vise à faire connaitre l’endométriose qui toucherait aujourd’hui entre 1,5 million et 2,5 millions de personnes menstruées en France, soit environ 1 femme sur 10.

Malgré une prise de conscience, l’endométriose reste encore méconnue

Il s’agit d’une maladie inflammatoire chronique qui affecte les femmes en âge de procréer. C’est notamment l’une des principales causes d’infertilité en France. Cette maladie se caractérise par le développement, en dehors de l’utérus, de tissu semblable à la muqueuse interne utérine, colonisant parfois d’autres organes (par exemple les ovaires, la vessie, le vagin ou le rectum) voire des ligaments ou des nerfs.

Les symptômes de l’endométriose sont nombreux et varient d’une personne à une autre, ce qui rend complexe son diagnostic, d’autant qu’il n’y a pas de corrélation entre l’étendue des lésions et l’importance des symptômes. Les principaux symptômes sont les suivants : importantes douleurs pendant les règles, douleurs profondes pendant les rapports sexuels, troubles urinaires et douleurs à la défécation, infertilité, voire parfois des douleurs pelviennes.

L’endométriose peut affecter la qualité de vie des femmes concernées dans toutes ses dimensions, notamment au travail.

Sensibiliser le grand public et mobiliser les professionnels de santé dont les professionnels de santé au travail

La campagne média cible d’une part le grand public, en renvoyant vers le site Santé.fr qui dispose de nombreuses informations (symptômes, diagnostic et examen, traitements, comment vivre avec la maladie, droits des patients), dont un onglet vie professionnelle.

Ces ressources viennent compléter les outils déjà mis à disposition des entreprises : en mars 2024, l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (ANACT) a publié un kit destiné aux managers et aux décideurs en entreprise, pour faciliter l’activité et le maintien en emploi des femmes concernées.

D’autre part, la campagne s’adresse également aux professionnels de santé dont les professionnels de santé au travail afin de les inciter à s’informer, se former à cette pathologie, d’orienter les salariées vers une prise en charge adaptée, et d’engager un dialogue avec l’employeur et la salariée en vue de définir des aménagements adaptés.

Pour aller plus loin